Rafaël Destruhaut-Balladu – Château Ormes de Pez, Saint-Estèphe
“Figure incontournable de la scène viticole bordelaise, propriétaire des grands crus classés de Pauillac Château Lynch-Bages et Château Haut-Batailley, la famille Cazes a fait l’acquisition du Château Ormes de Pez juste avant le début de la seconde Guerre Mondiale. Depuis mars 2020, c’est l’ingénieur-agronome Rafaël Destruhaut-Balladu, responsable vigne et chai, qui a pour mission d’emmener ce joyau de Saint-Estèphe encore plus haut. « J’ai toujours adoré cette appellation, commente celui qui, à 28 ans, a déjà officié en Nouvelle-Zélande et dans des structures coopératives du Sud-Ouest. J’avais la volonté de travailler dans un vignoble que j’aimais et pour un vin que j’admirais. »”
6 octobre 2022
1 MIN

 

QUÊTE D’EXCELLENCE

 

Actuellement, les équipes se concentrent entre autres sur la restructuration du vignoble de 40 hectares, plantés majoritairement en cabernet sauvignon et merlot, avec une pointe de cabernet franc et petit verdot, sur un très beau terroir argilo-calcaire et de graves typiquement médocaines. Exclusivement distribué par la Place de Bordeaux, dans une volonté de qualité et d’image forte, ce vin « dévoile un profil assez structuré, élégant, typique de l’appellation, entre la puissance et une finesse de tanins, notamment liée au cabernet sauvignon et à un élevage long de seize mois. » Des traits qui lui confèrent à la fois « une accessibilité à une large palette de consommateurs en termes de style comme de prix, et un beau potentiel de garde de l’ordre de sept à dix ans, voire plus sur les grands millésimes. »

 

LA DURABILITÉ POUR GUIDE

 

Dans cette quête d’excellence, la préoccupation environnementale est une priorité. « Nous souhaitons être de plus en plus vertueux, à travers une politique « zéro résidu » qui nous engage à être très vigilants sur les quantités de produits phytosanitaires, les dates et la fréquence de leur utilisation », assure Rafaël Destruhaut-Balladu. Avec dans le viseur la durabilité et la pérennité de ses pratiques, le Château Ormes de Pez a notamment banni le désherbage chimique (remplacé par un travail du sol intégral), emploie pour ses traitements une grande majorité de produits autorisés en agriculture biologique ou de bio-contrôle, et mène une sensibilisation de son personnel et de ses voisins. Une réflexion est aussi en cours pour diminuer la fréquence des passages, afin de minimiser l’empreinte carbone. Au chai également, les équipes veillent attentivement aux économies d’eau.
Adoptant un mode de culture raisonnée depuis 2015, la propriété est aujourd’hui certifiée Haute Valeur Environnementale (HVE) de niveau 3, « une démarche globale qui encadre et structure nos efforts, grâce à des indicateurs consignés dans un cahier des charges précis et strict. Une fois la certification obtenue, les audits annuels nous incitent également à des améliorations continues, constate le responsable vigne et chai. Sans oublier la force de frappe de ce label, désormais connu et reconnu par les consommateurs. »
Adhérent au Système de Management Environnemental des Vins de Bordeaux prônant une approche globale vertueuse, le domaine emploie pour les vendanges et travaux en vert, en plus de ses salariés, du personnel local. « Nous formons régulièrement cette main d’œuvre concernée et qualifiée en lien avec la Maison Familiale Rurale de Saint Yzans, le lycée viticole de Blanquefort, ou Bordeaux Sciences Agro. C’est aussi grâce à eux que nous pouvons mener une viticulture plus vertueuse. »

 

« Nous nous devons d’être vertueux et d’expliquer notre démarche pour sensibiliser nos salariés, partenaires et les consommateurs.»

 

 

SES ADRESSES #BORDEAUXLOCAL

SON VIN DE BORDEAUX POUR…

Le Café Lavinal à Pauillac.
Le Lion d’or à Arcins, « pour sa cuisine locale et maison avec de bons produits, et sa cave avec l’ensemble des grandes propriétés médocaines. »
Le Bistro du sommelier à Bordeaux, « pour sa très belle carte des vins.

Un apéritif #Bordeauxlocal : un blanc de Lynch-Bages et des huîtres du Bassin d’Arcachon.
Un pique-nique #Bordeauxlocal : un rouge du Haut-Médoc, souple, fruité, avec un grenier médocain de la boucherie Pigout à Saint-Estèphe, dirigée par Dylan Pignon, également à la tête de la
Boucherie de Bages.
Un dîner #Bordeauxlocal : un rouge de Saint-Julien avec de la viande rouge ou du canard ; un vin de Pauillac ou un Château
Ormes-de-Pez 2005 avec des fromages.

 

www.ormesdepez.com

 

 

Artiste Associé Photographes

Vous avez aimé ? C’est le moment de partager !
Partager l’article
À la une