Pascal Brandeau Domaine de La Vrille Têtue, Bordeaux-Bordeaux supérieur
“Pascal Brandeau a le caractère aussi trempé que la Vrille de son domaine est Têtue ! Il faut dire qu'en matière de détermination, le vigneron de 43 ans a de qui tenir. Précurseur, son père a créé de toutes pièces le domaine de La Vrille Têtue en 1990 sur la presqu'île d'Ambès, en prenant dès l'origine le parti de l’agriculture biologique. Depuis 2000 à la tête de ce vignoble producteur de vins en trois couleurs, il marche dans les traces de son géniteur avec pour crédo : « laisser faire la nature ». « Je ne suis là que pour aider la vigne à donner le meilleur d'elle-même, aime-t-il à rappeler. Chaque fois que je veux faire quelque chose, je me demande ce que le Créateur a prévu. »”
16 juin 2022
1 MIN

Naturalité viticole

Dans ce noble accompagnement, le vigneron a commencé avec bon sens par raisonner voire stopper tout ce qui n’allait pas dans le sens de cette naturalité qui le guide. Pour prendre soin de ses vignes sans produits chimiques, il n’hésite pas à utiliser des adjuvants naturels tels que le purin et les huiles essentielles. Depuis bientôt dix ans, il a divisé par trois son nombre d’heures de tracteur à l’année, « avec une amélioration immédiatement perceptible de la production », assure-t-il. Pour aller encore plus loin, l’idée de mettre en action des chevaux dans la vigne trotte aussi dans l’esprit du vigneron. Aujourd’hui, comme de plus en plus de domaines bordelais, Pascal Brandeau entend remettre la biodiversité à l’honneur à travers la polyculture. « J’ai de grands projets de diversification. Je veux planter des végétaux qui poussent, se ressèment, ne demandent pas de traitement. Je suis fortement convaincu que c’est la base d’une vie future pérenne. » Visionnaire, avec une démarche scientifique, le vigneron a aussi instauré une parcelle témoin pour mener ses expérimentations. Avec foi en l’avenir, il scrute notamment avec intérêt « les vieux cépages qui ont fait la réputation de grands châteaux bordelais, poussent avec un minimum d’intervention humaine et sont résistants aux maladies. » 

A l’heure de la vinification ensuite, « je ne fais presque rien au chai, donc je ne peux pas faire plus d’économies d’énergie », sourit le vigneron. Parmi ses projets à court terme, avec l’ambition d’être toujours plus responsable et solidaire, « la création d’une station de phyto-épuration, installée et gérée par une école ou une association, pourquoi pas pour épurer les maisons de mon patelin et servir à d’autres vignerons. »

 

Relationnel naturel

C’est avec la même intuition et la même spontanéité appliquées au quotidien dans son activité viticole que Pascal Brandeau appréhende les relations humaines. Epaulé par son épouse, il livre lui-même ses vins à ses clients particuliers, cavistes et magasins, le temps d’une tournée d’une semaine à travers la France. « Ca donne le sourire de voir le plaisir des gens quand on leur livre nos vins et qu’on vient discuter avec eux. Souvent, au-delà du vin, on parle du quotidien, on est devenus des amis », se réjouit le vigneron. Et quand il ne va pas à ses clients, ce sont eux qui viennent à lui, sur ses terres bordelaises, à l’image du chef Frédéric Vigouroux. « Nous nous sommes rencontrés de la meilleure des façons possibles, par le bouche-à-oreille. Le chef est venu lors de nos portes ouvertes en 2019, et débarque encore parfois à l’improviste, comme si on était amis d’enfance, raconte-t-il. Une relation comme ça, ça fait du bien ! » Dans un élan mutuel, chacun recommande l’autre à ses clients. Voilà l’essence d’un partenariat gagnant-gagnant #Bordeauxlocal !

 

« Un restaurant comme le Bouchon Bordelais prend le temps de parler avec le client, de voir quel vin lui plaît. Il offre un plaisir, un savoir-faire, une découverte unique à ses clients ! »

 

Sa devise #Bordeauxlocal

« La vie locale c’est la base de l’humanité. J’aime l’idée d’aller chez l’agriculteur du coin ramasser les légumes, au petit resto ou au petit commerce à côté pour discuter avec les gens. Ce n’est qu’en se serrant les coudes et en connaissant ses voisins qu’on progressera ! #Bordeauxlocal va dans ce sens-là. »

 

Son quatuor gourmand #Bordeauxlocal

« Je suis du Sud-Ouest, fromage, charcuterie, canard gras et vin sont mes prédilections ! »

 

                                                                                                           

 

SA DEVISE #BORDEAUXLOCAL                                                                                                                        SON INITIATIVE #BORDEAUXLOCAL

« La vie locale c’est la base de l’humanité. J’aime l’idée                                                                 « Le lancement de nos Festi’vendanges,

d’aller chez l’agriculteur du coin ramasser les légumes,                                           une journée conviviale de vendanges au domaine,

au petit resto ou au petit commerce à côté pour discuter avec les gens.                      un instant de partage autour d’un bon repas,

Ce n’est qu’en se serrant les coudes et en connaissant ses voisins                        avant de repartir avec un peu de vin sous le bras ! »

qu’on progressera ! #Bordeauxlocal va dans ce sens-là. »

 

www.vrilletetue-vinbio-paysan.fr 

 

 

Artiste Associé Photographes

Vous avez aimé ? C’est le moment de partager !
Partager l’article
À la une