Gilles Maurel, Les Domaines Qui Montent – Eysines
“La reconversion professionnelle ? Certainement pas le genre de défi susceptible d’effrayer Gilles Maurel. Après trente ans dans l’armée de terre, cet ancien militaire a décidé de suivre sa passion, en devenant caviste à l’âge de 49 ans. Ses connaissances renforcées par l’obtention du diplôme de dégustation WSET 3, il fait le choix de la franchise, pour bénéficier d’un cadre et d’un appui sur les parties commerciale et entrepreneuriale. Le groupe Les Domaines Qui Montent, “réunissant depuis 1989 en un seul et même point de vente trois métiers : cave à vins, épicerie fine et table d’hôtes”, le séduisent avec leur concept d’art de vivre à la Française. En 2016, sa cave à manger ouvre ses portes sur l’avenue du Médoc à Eysines, en banlieue bordelaise, aux portes du vignoble. ”
8 décembre 2022
1 MIN
Chateau-du-Claouset

« DÉPOUSSIÉRER BORDEAUX » 

 

Arrivé en Bordeaux en 2008, le néo-caviste originaire de Vallée du Rhône aborde le vignoble local avec une vision décomplexée. « Notre rôle de conseil est important pour montrer que Bordeaux bouge, et qu’il y a autre chose à découvrir que les crus classés et des vins classiques d’assemblage », affirme-t-il. Parmi la centaine de références bordelaises en vente, les deux rives sont représentées à parts égales, « avec une jolie proportion de jeunes vignerons qui sortent de l’ordinaire grâce à des assemblages originaux ou des cuvées monocépages. » Le caviste est aussi sensible aux démarches environnementales, « pour proposer des produits sains aux consommateurs, issus d’une viticulture propre, qu’ils soient certifiés ou non. » Réunissant toutes ces qualités, les vins des jumeaux Siozard ont retenu son attention. Il commercialise le Château du Claouset en trois couleurs (selon les saisons), la gamme Ipsum mettant à l’honneur les six cépages rouges identitaires de Bordeaux (actuellement en vente : Ipsum Pur malbec – 13,50 € et carménère – 13,90 €), et la cuvée Hexa, un vin « iconique sur le fruit très croquant, assemblage en proportions identiques de six cépages rouges emblématiques du Bordelais et du Nouveau Monde » (19,90 €).

Les nectars familiaux, David Siozard vient en personne les faire découvrir à la cave, où il a déjà proposé à plusieurs reprises aux clients des animations d’assemblage avec trois cépages bordelais, pour apprendre à faire son vin. Gilles Maurel met lui aussi régulièrement en avant ses coups de cœur à l’heure du déjeuner sur les tables d’hôtes, de matchs des appellations, ou de soirées dégustation ou thématiques accords mets-vins.

 

CAVISTE MAIS PAS QUE 

 

Aux côtés de ces beaux vins et d’un rayon spiritueux bien garni, une jolie offre d’épicerie fine habille les étagères de la boutique, avec des produits hexagonaux « au maximum sourcés auprès de producteurs locaux, à l’image des Tartinables du domaine Terra à Saint-Macaire », et d’une sélection régionale, dont des charcuteries, fromages et biscuits venus du Pays Basque, entre autres.

Chaque midi du mardi au samedi, le caviste accueille les gourmets pour déjeuner autour d’une formule à 16,80 € (plat de résistance et au choix : entrée du jour, plateau de fromages fermiers et dessert de saison). Pour agrémenter le repas, toutes les bouteilles de la cave sont au même prix à table ou à emporter, sans droit de bouchon.

 

« Je suis partenaire des opérations menées par les vins de Bordeaux depuis deux ans, pour montrer que Bordeaux bouge ! » 

 

SES BONNES RAISONS DE REJOINDRE #BORDEAUXLOCAL 

Défendre et mettre en avant Bordeaux.

Valoriser la diversité bordelaise, grâce à de petits producteurs proposant toutes les couleurs de vins, avec ou sans bulles.

Promouvoir l’excellent rapport qualité-prix bordelais. 

 

SON TOP 3 #BORDEAUXLOCAL

SON ACCORD METS ET VIN FAVORI #BORDEAUXLOCAL 

Château Livran, à Saint Germain- d’Esteuil (Médoc), joli domaine qui crée de bons vins et propose de belles manifestations.

Le bar-restaurant Le Point Rouge (Bordeaux) pour sa belle sélection de vins de Bordeaux et ses jolis cocktails.

Le festival Bordeaux Tasting, j’adore y aller, c’est une mine de découvertes et j’y croise beaucoup de vignerons que je n’ai pas le temps de voir le reste de l’année.

Un magret de canard et un rouge de Margaux

 

 

 

 

www.lesdomainequimontent.com

 

 

Artiste Associé Photographes

Vous avez aimé ? C’est le moment de partager !
Partager l’article
À la une