Franck Chaumes, Le Transat, Arcachon
“Je suis passionné, je remercie ma famille de m’avoir mis le pied à l’étrier. » Ces mots de gratitude sont ceux du restaurateur et entrepreneur bordelais Franck Chaumes. Issu d’une famille de professionnels de la restauration depuis quatre générations, il a tout naturellement suivi le chemin familial. A peine âgé de vingt ans, il se lance en 1990 en solo à la tête du bar-brasserie L’Avenue, à Biscarosse. Cet établissement sera le premier d’une grande et belle série pour cet homme de projets et de convictions, impliqué de longue date dans la branche restauration de l’Union des métiers industriels hôteliers (UMIH), dont il a d’ailleurs pris la présidence en novembre 2021. De l’entreprise familiale (La Brasserie du Lac, concept de restauration sur l’ensemble des sites événementiels de « Congrès et Expositions de Bordeaux »), au premier pub sur les quais de Paludate, en passant par Miami en 2001, la Brasserie l’Orléans, le Café Bellini ou encore l’Orangerie du Jardin Public, voilà 36 ans qu’il se dédie corps et âme à la gastronomie locale et à l’économie circulaire. Toujours un projet en tête, il a récemment réalisé l’un de ses rêves de plus de trente ans : ouvrir son affaire à Arcachon.”
1 septembre 2022
1 MIN

SUR LE PORT D’ARCACHON

Cette année, le restaurateur a repris l’établissement au-dessus du cercle de voile, rebaptisé « Le Transat ». Côté décoration comme côté cuisine, l’entrepreneur a mis sa patte dans ce lieu à la spectaculaire vue panoramique sur le Bassin, avec le degré d’exigence qui lui a permis de réussir. Fidèle à sa philosophie locavore, il a pensé « une cuisine du terroir et de la mer, à base de produits frais. » Le poisson est tout naturellement star, venu de la criée située à 50 mètres à peine ou de la poissonnerie de l’Aiguillon (Arcachon), mais Franck Chaumes n’oublie pas non plus les amateurs de viande, avec des mets tels que le cochon noir des Landes ou les belles pièces de la boucherie bordelaise Gautier, aux Capucins. Le tout, accompagné de légumes de producteurs de la région. A retrouver dans les menus du midi, comprenant pas moins de cinq entrées, plats et desserts (24 ou 30 €), ou à la carte midi et soir.

 

« Quand on aime son métier et le lieu où l’on vit et travaille, on a à coeur de valoriser cet ensemble économique régional. »

 

PASSIONNÉ DE VINS DE BORDEAUX

Côté vin, la philosophie de Franck Chaumes est logiquement dans cette même lignée locale, « Bordeaux propose de très bons produits à prix raisonnables, fidèles à leur terroir, pour tous les goûts », affirme-t-il. Dès 2007-2008, alors à la tête de la Brasserie l’Orléans, « j’ai été un précurseur, puisque je m’étais engagé à mettre 100 % de Vins de Bordeaux à la carte durant six mois, de début janvier jusqu’à la Bordeaux Fête le Vin en juin. » Ce geste de soutien fort envers la filière bordelaise, le restaurateur le réitérera dans plusieurs de ses établissements, l’Orangerie du Jardin public avec une carte 100 % Bordeaux et Le Transat, avec 80 % de vins bordelais. S’il connaît et promeut nombre de vignerons bordelais, Franck Chaumes voue une affection toute particulière à Hervé Grandeau, qu’il a rencontré à la Fête du Vin à Hong-Kong. « C’est un homme passionné et passionnant, j’aime le personnage et ses vins », commente-t-il. Fidèle en amitié et en affaires, le restaurateur propose le Château Lauduc en blanc et rosé, « des vins à la fois élégants et faciles à boire », dans toutes ses entreprises, que ce soit en restauration ou en événementiel.

 

TROIS BONNES RAISONS DE REJOINDRE #BORDEAUXLOCAL

Raconter une histoire, son histoire. Mettre en avant un producteur, un vigneron, un créateur de produits locaux. Penser économie circulaire, encore plus dans périodes compliquées comme actuellement.

 

SES BONNES ADRESSES #BORDEAUXLOCAL

SON ACCORD METS-VINS PRODUIT #BORDEAUXLOCAL INCONTOURNABLE

 

Chez Pierre , (Le café de la Plage) à Arcachon, « avec l’excellent chef Olivier Pemerle, l’une des meilleures tables gastronomiques locales. »

Des huîtres de chez Laban, avec un bon verre de Château Lauduc blanc.

Le brunch d’Haïtza, de Stéphane Carrade, « l’un des chefs doublement étoilés les plus abordables. »

A Bordeaux, « j’aime de nombreux établissements, avec chacun sa particularité ! »

 

www.transat-arcachon.com

 

 

Artiste Associé Photographes

Vous avez aimé ? C’est le moment de partager !
Partager l’article
À la une