François Jeantet et Sylvie Douce – Château L’Isle Fort, Lignan-de-Bordeaux
“"Entrepreneurs un jour, entrepreneurs toujours." Voici une devise qui semble avoir été imaginée sur-mesure pour le couple François Jeantet - Sylvie Douce. Elle, issue du monde de la communication, lui de l’architecture, ont dans une première vie été les instigateurs du délectable Salon du chocolat et du non-moins délectable Grand Tasting. « Nous passions notre temps dans les avions, à courir partout dans le monde entre les salons et les plantations, se remémore Sylvie Douce. À l’approche de la retraite, nous sommes passés des affaires à la terre en rachetant en 2000 le Château l’Isle Fort, à l’entrée de l’Entre-Deux-Mers, aux portes de Bordeaux. » Ce qui a séduit le couple dans « ce domaine merveilleux » ? Le « formidable potentiel naturel et patrimonial du lieu », entre ses 70 hectares de forêts, ses lacs et prairies, son vignoble entre plateau de graves et coteaux argilo-limoneux-calcaires exposés plein sud, et son château Renaissance entouré de douves, jadis occupé par Henri IV. Depuis vingt ans, avec patience et savoir-faire, ces deux passionnés s’emploient à redonner à ce joyau l’éclat qu’il mérite.”
13 octobre 2022
1 MIN

LE NATUREL POUR GUIDE

 

Le domaine est actuellement dans sa deuxième année de conversion à l’agriculture biologique, « un choix fondamental pour préserver la nature et les sols ». Les vignerons se sont alloués les conseils du consul- tant Stéphane Derenoncourt, réputé pour « savoir faire des vins qui sont l’expression de la terre, dans lesquels on reconnaît le terroir, et dénués d’artifices, affirme Sylvie Douce. La démarche est la même que chez Zéphirine, qui sait sublimer à merveille le produit brut ». Dans cette philosophie et avec un souci qualitatif, les néo-vignerons ont par exemple fait le choix de replanter le vignoble – aujourd’hui d’une surface de neuf hectares dominés par le merlot, accompagné des deux sortes de cabernets – avec une densité de plantation élevée, « forçant la vigne à aller chercher la nutrition en pro- fondeur, ce qui favorise la richesse des vins ». Bénéfique à la pratique viticole, la biodiversité est le guide des actions du couple. En plus de la vaste forêt alentours, le duo a planté 3 000 espèces d’arbres et créé deux lacs faisant office de bassin de rétention des eaux de pluie, sans oublier la présence de 70 moutons, ainsi que de deux chevaux, de vaches, d’un poulailler, d’un village des abeilles et d’un village des oiseaux, venant composer « une véritable Arche de Noé ». Dans la continuité logique de cette philosophie, la protection sanitaire est raisonnée, l’entretien du matériel minutieusement opéré pour favoriser les économies d’énergie. Fort de sa formation d’architecture, François Jeantet a orchestré la rénovation des chais et des bâtiments de stockage, et rénové cinq maisons autour du château. Il focalise désormais son attention sur la restauration du moulin, avec l’idée de reconstituer un véritable village viticole.

 

EN TROIS VINS

 

Nées de cette approche, trois cuvées sortent des chais du domaine : le rosé L’Isle Douce, et les rouges L’Isle Fort et le haut-de-gamme Cuvée Précieuse, issu d’une sélection des meilleurs cépages sur 1,90 hectare, dont le millésime 2018 est actuellement proposé chez Zéphirine. Loin des traditionnelles bâtisses bordelaises, les étiquettes imaginées par Nicolas, l’un des fils du couple, sont une ode à la nature foisonnante du Château L’Isle Fort, dans l’esprit de planches représentant des plantes et animaux. À table chez Zéphirine, le client choisit l’étiquette qui lui plaît parmi les six bouteilles présentées directement dans leur caisse.

 

« Nous sommes admiratifs de cette nouvelle génération de chefs très créatifs et respectueux du terroir et du produit, comme nous. »

 

 

 

LEURS ACCORDS METS-VINS FAVORIS #BORDEAUXLOCAL

 

LEURS BELLES ADRESSES #BORDEAUXLOCAL

Les pêches macérées dans le rosé de l’Isle Douce, agrémentées d’un peu de sucre et de quelques épices, délicieux !

Une daube cuisinée avec la cuvée rouge de l’Isle Fort.

Des plats naturels avec les vins de Bordeaux.

Zéphirine, « un joli restaurant dans la mouvance de cette nouvelle génération de chefs très créatifs et respectueux du terroir et du produit, comme nous le sommes avec notre viticulture et nos vins. »

Le Café de l’espérance à Bouliac, une brasserie « à la cuisine gourmande et l’ambiance chaleureuse », annexe du restaurant étoilé Le Saint-James.

 

www.lislefort.com

 

Artiste Associé Photographes

Vous avez aimé ? C’est le moment de partager !
Partager l’article
À la une